Pour une scolarité en toute sérénité, le test de vue, c'est à la rentrée!

Achat des fournitures scolaires, inscriptions aux clubs de loisirs ou encore renouvellement de la garde robe…

Que votre enfant entre à l’école maternelle ou au primaire, la rentrée des classes est aussi l’occasion de faire le point sur sa santé. Parce qu’on ne pense pas toujours à vérifier la vue durant cette période souvent chargée, l’ASNAV sensibilise les parents à l’importance des contrôles réguliers des capacités visuelles des plus jeunes.

Chaque année en France, environ 166 000 enfants naissent avec un problème oculaire
A l’âge de 4 ans, 1 enfant sur 7 souffre d’une anomalie visuelle qui peut l’handicaper dans sa vie courante et altérer son apprentissage. Environ 400 000 sont amétropes (myopes, hypermétropes et/ou astigmates) et 70 000 ont des lésions organiques.

Par ailleurs, 3.8% des enfants présentent une amblyopie, c’est-à-dire un œil pénalisé lors de son développement et dont les capacités visuelles sont très inférieures à celles de l’autre œil. Traités avant 2 ans, ils récupéreront une vision normale, entre 2 ans et 6 ans, ils ne récupéreront que 25 à 50% de leur vision. Après 6 ans, la perte de vision est irréversible.

L’ASNAV rappelle que “A l’école, la vue c’est l’avenir ®”
Livre, tableau noir ou encore écran d’ordinateur… La scolarité exige de grandes capacités visuelles aussi bien pour la lecture que pour l’écriture.  À l’école, 90% des apprentissages font intervenir la vision. C’est pourquoi il est primordial de faire contrôler la vue des enfants pour leur éviter d’être pénalisés à cause d’un trouble visuel. Mais comment détecter une fatigue oculaire, par exemple ? L’ASNAV vous apporte quelques éclairages….

L’ASNAV sensibilise les parents : quels sont les signes d’alerte ?

La vue d’un enfant évolue rapidement. Cette évolution est tout à fait normale. Il faut tout de même être attentif et respecter soigneusement les dépistages préconisés dans le carnet de santé du bébé, particulièrement aux 9ème et 24ème mois. N’oublions jamais que les enfants expriment très rarement leurs difficultés de perception car voir mal est normal pour eux puisqu’ils ne connaissent pas autre chose…

Quelques signes d’alerte pour aider les parents :

  • L’enfant est né prématurément.
  • Une lueur blanche apparaît dans sa pupille.
  • Il existe des cas de strabisme dans la famille.
  • L’enfant refuse de gribouiller, se désintéresse des puzzles ou autres activités visuelles.
  • L’enfant est maladroit, se cogne souvent ou toujours du même côté.
  • Il cligne fréquemment des yeux, fronce les sourcils, a les yeux rouges, qui piquent ou pleurent.
  • Il a des maux de tête ou des douleurs dans la nuque.
  • Il regarde toujours du même côté.
  • Il est distrait en fin d’après-midi.
  • Il confond certaines lettres.
  • Il dessine, écrit ou lit le nez collé au cahier, il lui arrive de perdre sa ligne en lisant et de la relire deux fois, il dessine ou écrit de travers.
  • La vue, étape par étape : Une période cruciale jusqu’à 6 ans

1 mois
Le bébé sait accommoder; il voit de 20 à 50 cm et commence à suivre du regard, mais la coordination est très imparfaite. Toutefois, il préfère les motifs à l’uni et la mobilité d’un visage à l’impassibilité.

3 mois
Les premiers réflexes de convergence apparaissent.

4 mois et demi
Capacité de poursuite oculaire parfaite ; la rétine perçoit des images stables et la vision binoculaire est acquise pour l’appréhension de la distance et du relief.

6 mois
1 à 2 dixièmes d’acuité seulement… Le “strabisme” du nourrisson doit avoir disparu.

18 mois
Les fonctions visuelles sont quasiment adultes, mais il manque encore de 4 à 6/10ème d’acuité car les cônes ne sont pas encore assez groupés dans la partie centrale de la rétine. Le système visuel atteint sa maturité vers 4 ans seulement et évolue tout au long de la vie.

De 1 an et demi à 3 ans
Cette période est propice au strabisme.

De 5 à 6 ans
L’enfant peut rencontrer des problèmes d’astigmatisme.

Source : http://wellcom.fr

Laissez un commentaire