Ostéopathie cranienne

Ostéopathie :

Pourquoi l’ostéopathie crânienne est recommandée dès la maternité ?

Catherine Rybus : Nous savons tous que la naissance est un moment difficile pour le bébé  le passage est étroit, dans le tunnel des voies génitales, chaque millimètre compte , le bassin maternel est un petit parcours du combattant…

Le crâne du nouveau-né est un puzzle en forme de boule, c’est-à-dire que les pièces osseuses ne sont pas soudées ce qui lui confère une grande souplesse. Ce petit crâne est malléable et donc déformable ce qui est nécessaire pour un bon passage.

C’est pour cela qu’on voit les bébés à la naissance avec des têtes en forme de poire ?

Catherine Rybus : Oui, mais jusqu’à un certain point ces déformations sont normales. Certaines disparaissent d’ailleurs spontanément dans les heures ou jours qui suivent l’accouchement. Mais pas toujours et, souvent, il est utile de donner un petit coup de pouce à la nature.

Que se passe-t-il si l’on ne fait rien ?

Catherine Rybus : Très souvent, les choses rentrent dans l’ordre naturellement, le crâne se « redéploie », mais ce n’est pas toujours le cas. Les déformations peuvent, en effet, avoir des répercussions.

La plus évidente est esthétique. Heureusement que les mamans pensent toujours que leur bébé est le plus beau, et cela à juste titre, mais il le sera encore d’avantage si on peut l’aider à retrouver une tête équilibrée.

Les répercussions peuvent être également fonctionnelles au niveau de l’implantation des dents, des yeux, de l’équilibre des muscles de la langue, donc de la succion, de l’équilibre vertébrale, la liste est longue et on y reviendra…

Et si le bébé n’a pas de déformations ?

Catherine Rybus : Il peut ne pas y avoir de déformations et pourtant des tensions peuvent exister. C’est l’os occipital, situé près de la nuque, qui peut subir des déformations qui ne sont pas visibles mais que l’on peut sentir avec les doigts.

Il peut y avoir des tensions au niveau cervical car le bébé fait une déflexion avec la nuque suivie d’une rotation lors de sa sortie. C’est un véritable contorsionniste qui peut garder une gêne après sa prestation.

Il est donc indispensable de vérifier sa tête ainsi que son cou et son bassin après la naissance, même si tout semble normal.

D’autant plus qu’il ne peut pas vous dire qu’il ressent une gêne ou une souffrance sauf en pleurant et parfois, les nouveaux-nés pleurent beaucoup et ne dorment pas bien…

Est-ce vraiment important d’intervenir dès le séjour à la maternité ?

Catherine Rybus : Mieux vaut agir le plus vite possible. Quand le bébé présente une déformation, il faut intervenir rapidement car le travail nécessitera peut être plusieurs séances.

Et plus on attend, moins le crâne du nourrisson est malléable. Les fontanelles latérales se referment vers 3 mois. Les blocages ou l’inconfort au niveau de la nuque peuvent ainsi rapidement rentrer dans l’ordre.

D’autre part, à la maternité, une maman est disponible pour se consacrer à son bébé et on lui évite des déplacements inutiles. Dès qu’elle rentre à la maison, la mise en place de l’organisation autour d’un nouveau bébé est très prenante.

Parfois, les mamans perdent alors du temps et ne viennent nous voir qu’au bout d’un mois ou deux, et c’est beaucoup de temps de perdu pour un tout-petit qui risque de souffrir.

Cette organisation est encore plus difficile pour les mamans qui ont eu des accouchements traumatiques et qui resteront plus longtemps à la maternité. Elles auront du mal à se déplacer une fois chez elles, alors qu’il est facile de les voir en maternité.

Propos de Catherine Rybus, ostéopathe, recueillis par Herma Kervran le 8 octobre 2002.

Laissez un commentaire