Mon enfant ronfle, est-ce grave ?

Le syndrome d’apnée du sommeil de l’enfant est dû,
dans 85% des cas, à une hypertrophie des amygdales.

«Environ 10% des enfants de moins de 6 ans ronflent, souligne le Pr Françoise Denoyelle (ORL pédiatrique, groupe hospitalier Armand-Trousseau, Paris).

La majorité de leurs ronflements sont bénins, exception faite pour 2% des enfants de moins de 6 ans. Ceux-là présentent un authentique syndrome d’apnées du sommeil, avec des répercussions sur leur croissance et leur bien-être : c’est pourquoi il est si important de les repérer le plus précocement possible.»

Et c’est bien là toute la difficulté. Hormis l’existence de pauses respiratoires durant la nuit - un signe qui doit vraiment alerter les parents – le syndrome d’apnées du sommeil de l’enfant se traduit surtout par un sommeil agité, des cauchemars, une transpiration excessive et parfois un «pipi au lit» (énurésie) après une période de propreté.

Le matin, ces enfants se réveillent avec un mal de tête et de mauvaise humeur. Au cours de la journée, ils peuvent se montrer irritables, agités, avec des difficultés de concentration.

Les mois passant, si le syndrome d’apnées du sommeil n’est toujours pas diagnostiqué, c’est une cassure de la courbe de poids qui finit par alerter le médecin. À ce stade, il n’y a plus de temps à perdre !

Techniques chirurgicales

La première cause, et de très loin, c’est l’hypertrophie des amygdales (dans plus de 85%des cas): elles sont si grosses qu’elles se rejoignent.

Cette hypertrophie se rencontre surtout vers 4-5 ans et c’est une indication à l’amygdalectomie sans plus attendre. On opère sous anesthésie générale et on surveille l’enfant au minimum pendant les six heures qui suivent pour vérifier l’absence de saignement. «La chirurgie appelée “froide” classique reste la technique de référence, car c’est celle qui s’accompagne du risque hémorragique à distance de l’opération (8 à 15 jours après) le plus faible», souligne le Pr Denoyelle.

Néanmoins, il existe d’autres techniques chirurgicales avec des instruments différents : elles consistent à retirer les amygdales sans toucher à la capsule qui les enveloppe, ce qui pourrait atténuer douleurs et risques d’hémorragies en postopératoire (mais pour le moment, ces techniques sont en cours d’évaluation et ne sont pas prises en charge par la Sécurité sociale).

L’opération permet de résoudre de façon assez spectaculaire l’ensemble des troubles qui avaient conduit au diagnostic : l’enfant dort mieux.

 

Il ne présente plus de troubles diurnes de la vigilance. Et surtout, pour ceux dont la prise de poids était perturbée, la croissance reprend rapidement, ce qui est l’essentiel.

Dans les autres cas de ronflements (sans syndrome d’apnées du sommeil), l’opération n’a rien de systématique. «En l’absence d’apnées, de signes diurnes et de retentissement dans la journée, on se contente souvent de surveiller.

Des amygdales et/ou des végétations trop grosses ont tendance à évoluer spontanément avec l’âge, de sorte que la plupart des ronflements simples disparaissent vers 8-10 ans. Si le ronflement persiste, par exemple pour des raisons anatomiques (voile du palais un peu trop long, cloison nasale déviée, etc.), une chirurgie peut être proposée, mais il n’y a pas d’urgence: à l’adolescence ou à l’âge adulte», affirme le Pr Denoyelle.

Source : http://sante.lefigaro.fr/actualite/2011/09/13/12838-mon-enfant-ronfle-est-ce-grave

Laissez un commentaire