L"allaitement exclusif au dela de 4mois c'est dangereux

Une alimentation basée uniquement sur l’allaitement maternel
durant les six premiers mois de la vie de bébé ne serait pas la panacée.

C’est tout du moins ce qu’il ressort d’une étude britannique publiée dans le British Medical Journal, qui remet en cause l’allaitement maternel exclusif au-delà de 4 mois. Pour ses auteurs, omettre de diversifier l’alimentation des bébés après quatre mois serait source de carences et limiterait l’adaptation à de nouvelles saveurs.

Un avis en contradiction avec l’organisation mondiale de la santé
En 2001, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) avait émis des recommandations précises concernant l’alimentation des nourrissons : celle-ci devait être basée uniquement sur le lait maternel durant les 6 premiers mois de la vie de l’enfant. Alors que les deux-tiers des États membres européens avaient décidé de s’affranchir de ces recommandations, le Royaume-Uni s’était aligné sur ces conseils en 2003, au risque de créer une génération d’enfants carencés.

Car, comme le rappellent les auteurs de l’étude, ces recommandations en matière d’alimentation infantile sont avant tout adressées aux pays en sous-développement qui n’ont pas forcément accès à l’eau potable ou à des aliments frais en quantité suffisante, et où le taux de mortalité infantile est encore très élevé. Le lait maternel constitue alors la meilleure des alternatives.

Alimentation exclusivement au sein : risque accru de carences et d’obésité
Pour savoir si les recommandations de l’OMS s’appliquaient aussi aux petits Britanniques, Marie Fewtrell, pédiatre consultant à UCL, Institute of Child Health in London, et ses collègues ont réexaminé cette problématique à la lumière de nouveaux éléments collectés au cours des dix dernières années ; ils en concluent qu’il est grand temps de réévaluer les recommandations de l’OMS, pourtant basées sur des études systématiques effectuées sur les bébés dans les années 2000. Car bien que l’allaitement maternel exclusif pendant les six premiers mois de vie soit corrélé à un faible taux d’infections et à une courbe de croissance normale, la pédiatre britannique s’inquiète du risque élevé de carences en fer, d’anémies et les risques accrus de voir apparaître, au fil du temps, de nombreuses allergies alimentaires.

Mais ces carences ne sont pas le seul impact de cette alimentation exclusive, estiment les auteurs de l’étude ; selon eux, il reste essentiel, à partir de 4 mois révolus, de diversifier l’alimentation et d’introduire certains aliments solides. Cette diversification, en préparant le palais des plus petits à de nouvelles saveurs (notamment l’amertume), qui sont primordiales dans l’acceptation future des légumes verts, lutterait ainsi indirectement contre l’obésité.

Pour les auteurs, il est donc urgent que le Royaume-Uni revoie ses recommandations en matière d’alimentation infantile, sous peine de quoi le pays risque de faire face à un regain d’obésité au sein de la nouvelle génération.

Source : « Six months of exclusive breast feeding: how good is the evidence?”, de Mary Fewtrell, David, C Wilson, Ian Booth, Alan Lucas, British Medical Journal, 13 janvier 2011, étude accessible en ligne

Source : http://news.doctissimo.fr/l-allaitement-exclusif-au-dela-de-4-mois-a-risques-pour-bebe_article7667.html

Laissez un commentaire