Votre enfant pleure en petite section, comment l'aider ?

Chloé, du haut de ses 3 ans, a fait sa rentrée avec le sourire. Et puis, passés quelques jours, les pleurs sont arrivés au moment de la séparation.

Jules, 3 ans et demi, pleure, lui, depuis le 1er jour, dès le départ de la maison.

Charlotte, 2,5 ans, quant à elle, fond en larme dès qu'elle arrive à l'école.

Et puis il y a ceux qui pénètrent dans la classe, pressés et curieux d'explorer le nouveau territoire, contents de retrouver leurs copains et copines.

Mais pour les papas et mamans de Chloé, Jules, Charlotte et tous les autres enfants pour qui l'entrée à l'école suscite pleurs et inquiétudes, les matins sont difficiles...

 Quelles bonnes attitudes adopter ?

1/ Etablir un rituel rassurant du style « on se fait trois bisous, un sur chaque joue et un sur le front puis je te fais un petit signe de la main sur le pas de la porte et chacun on file travailler !»

2/ Prendre le temps d'expliquer en détail ce qui va se passer, juste avant d 'arriver à l'école et, idéalement, le faire verbaliser à votre enfant afin qu'il ait l'impression de « maîtriser » la situation : le petit tour aux toilettes, l'entrée dans la classe, le bonjour à la maitresse, etc.

3/ Dès l'entrée en classe, l'installer à une activité : le coin poupée pour les filles, le coin construction pour les garçon, à une table avec crayons de couleur pour faire un beau dessin, ouvrir un livre et plonger dans une belle histoire, si possible avec des personnages connus de votre enfant et donc rassurants, puis votre départ doit etre rapide.

4/ Acceptez et accueillez ses pleurs. L'enfant pleure spontanément pour exprimer son angoisse, ce n'est pas un choix, mais c'est sa solution pour évacuer son émotion (peur). Respectez cela. Inutile de l'asséner de phrases déstabilisantes du style « mais regarde Paul, il ne pleure pas, lui ! ». A quoi bon comparer votre enfant et ne pas l'autoriser à vivre ses émotions à sa façon ? Une fois l'émotion évacuée, soyez assuré(e) qu'il pourra se consacrer pleinement à la découverte de ce nouveau monde qu'est l'école.

5/ Faire vite mais pas « à la va-vite » : faire durer le moment de votre présence – certes réconfortante et chaleureuse – dans la salle de classe recule le moment pour votre enfant de prendre sur lui et d'aller explorer son nouvel univers. L'émotion engendrant l'émotion, il est plus difficile pour votre petit écolier, une fois débordé par l'émotion, de s'en remettre. Alors, installez-le dans la salle de classe, échangez quelques mots avec la maîtresse pour montrer à votre enfant que vous avez confiance en la personne à qui vous le confiez, « exécutez » le rituel établi, signifiez lui bien que vous venez le chercher ce soir et... filez !

6/ Une fois parti(e), ne revenez pas sur vos pas ! Car si vous revenez pour faire un dernier petit coucou ou un dernier câlin, l'enfant va associer ses pleurs à la solution-pour-faire-revenir-maman (ou papa). Imaginez sa déception quand vous ne reviendrez plus...

7/ Cachez votre propre angoisse à votre enfant et pensez à lui expliquer combien vous êtes fièr(e) et heureux(se) qu'il aille dans cette école dans laquelle il va apprendre plein de choses et s'amuser. Et si votre angoisse est vraiment trop grande, n'hésitez pas à passer le relais à votre conjoint. Parfois, les séparations se passent mieux avec papa.

Et rassurez-vous, les larmes ne durent pas. L'école est le lieu idoine pour votre bout de chou afin d'acquérir une ouverture au monde merveilleuse, entouré de professionnels, à l'activité dédiée à la petite enfance.

 

 

Laissez un commentaire